bg_corpo

Astredhor au Sival

Corinne BitaudInterview de Corinne Bitaud, Directrice d’Astredhor, Institut technique de l’horticulture, pour Le Quotidien du Sival 2019 N°1

Astredhor vient d’intégrer le comité d’organisation du Sival. Quel est l’intérêt pour votre institut ?

Le Sival est le salon français majeur pour toutes les productions végétales spécialisées parmi lesquelles les productions horticoles prennent toute leur place. Astredhor se devait donc d’apporter son soutien à l’organisation de cet événement.

Être présent dans son comité d’organisation est une opportunité d’apporter notre expertise et notre réseau de partenaires de la filière horticole, ainsi qu’une occasion de rencontrer des acteurs de filières voisines et de faire émerger des idées nouvelles grâce au croisement de compétences.

La participation au jury de Sival Innovation est également un moyen unique d’apporter notre expérience et de rencontrer des entreprises innovantes et inspirantes.

astredhor sivalLes premières Rencontres d’Astredhor se tiennent ce mardi 15 janvier 2019 sur le Sival. Sur quels sujets vont-elles porter ?

La diffusion des connaissances est l’une des missions de notre institut. Depuis 2018 nous avons engagé une campagne d’information sur les méthodes alternatives en protection des plantes. Les nouvelles méthodes de protection des cultures sont une préoccupation majeure pour les producteurs et paysagistes. Ces rencontres permettront de présenter nos résultats sur la détection précoce des pathogènes, l’optimisation des traitements phytosanitaires à l’aide d’outils d’aide à la décision et les moyens de lutte contre les adventices sans usage d’herbicides.

Plus largement, quels sont les grands enjeux que votre filière doit relever ?

D’un point de vue technique, de nombreuses possibilités restent à explorer autour de la robotisation de certaines tâches monotones et pénibles mais aussi sur l’automatisation et la prédiction qui permettront le développement des serres du futur. Sur le volet environnemental, les enjeux concernent la réduction des intrants et le réchauffement climatique qui impactent fortement les méthodes de culture et les aménagements urbains. Enfin, la filière a besoin d’appréhender de nouvelles opportunités de marché telles que les fleurs comestibles, l’agriculture urbaine ou la chimie du végétal. L’analyse des besoins des consommateurs finaux est également au centre des préoccupations des professionnels.

Je reste très positive quant à l’avenir de la filière du végétal puisque, comme l’exprime clairement l’interprofession Val’hor, le végétal est essentiel à la vie !

 

PROPOS RECUEILLIS PAR QUENTIN AUVINET ET VIRGINIE LACOTTE, étudiants Agrocampus Ouest pour le Quotidien du Sival 2019

 

 

 

Actualités

Nos partenaires

Tous nos partenaires

  • Végépolys
  • FranceAgrimer_Nouveau
  • FNPF
  • Fédération Viticole de l'Anjou
  • Légumes de France
  • IFPC
  • GNIS
  • Interfel
  • CTIFL
  • IFV
  • Logo MIN 2018
  • IDFEL
  • Geves
  • INRA
  • MSA
  • ITEIPMAI
  • Astredhor
  • logo ville d'angers vignette
  • ALM_Nouveau
  • Conseil Général de Maine et Loire
  • Conseil Régional des Pays de Loire
  • destination angers logo
  • Aldev
  • Logo-CCI-baseline-bleu-RVB
  • Chambre Agriculture des Pays de la Loire
  • Ecole Supérieure d'Agriculture d'Angers
  • Agrocampus
  • APECITA
  • ANEFA
  • ANJOU AGRICOLE
  • creditmutuel-logo-exposant